Rue Lhomond

            

              Instrumentum laboris

La rue Lhomond fut à l'épicentre des "combats" lors des nuits agitées de

mai 68.

Implantation des barricades aux abords de la rue Lhomond

(Document Situationistes - 1968)

Croisement des rues Lhomond et Ulm

11 mai 1968

Cliquez sur les vignettes pour les agrandir

Le 4 mai les cours sont suspendus à la Sorbonne, les chocs entre étudiants et force de l'ordre se multiplient au Quartier Latin et aussi ailleurs dans Paris.


A partir du 10 des barricades apparaissent près du Panthéon et le quartier compris entre les rues Lhomond, Tournefort, Amyot, Laromiguière, Ulm, Curie et Gay-Lussac est contrôlé par les étudiants insurgés jusqu'à ce que la police charge et détruise les barricades au petit matin du 11 mai.


Pour ce qui concerne seulement la rue Lhomond il y avait des barricades qui en fermait doublement l'accès au niveau du croisement avec la rue d'Ulm et aussi au niveau du 33, empêchant la descente vers la place Lucien Herr et d'emprunter la rue Rataud. La rue du Pot de Fer était transformée en cul-de-sac avec des barricades au carrefour avec la rue Tournefort, bloquant l'accès de cette rue des 2 côtés et empêchant de continuer vers la rue Mouffetard.

Graffitis au coin des rues Lhomond et du Pot de Fer au niveau du 24 rue du Pot de Fer, "La société est une plante carnivore", pour celui ci-dessus et au coin des rues  Lhomond et Ulm, pour celui de droite "Vive la commune".

("Le Monde Libertaire" Juillet 2008)

La légende voudrait que, selon une ancienne religieuse du couvent des Bénédictines, lors de la fameuse nuit du 10 au 11 mai, Daniel Cohn-Bendit se soit réfugié quelques heures dans le jardin du couvent pour échapper aux forces de l'ordre, marchant ainsi, à un peu plus d'un siècle de distance, sur les brisées de Jean Valjean poursuivi alors par le commissaire Javert ! Interrogé, ce dernier n'a pas daigné répondre...

"Rue Lhomond il y avait 70 à 100 personnes à une barricade sur lesquels 50 à 60 étudiants, le reste se composait d'habitants du quartier, des ouvriers, des employés, de ceux qui auparavant n'allaient jamais dans les manifestations".

in "Mouvement du 22 mars - Ce n'est qu'un début, continuons le combat" -  Ed. François Maspéro - 1968.

"Après avoir, vers 4 h 30, investi totalement la rue Gay-Lussac, les C.R.S., après une heure de combat, se rendent maîtres de la rue d'Ulm, de la rue Lhomond, de la rue Pierre-Curie et de la rue de l'Estrapade. Ils tentent par tous les moyens de déloger les combattants réfugiés dans les locaux de l'École normale supérieure. (...) Bientôt toutes les barricades ont été enlevées".

in P-A Weber, "Les Grandes Enigmes de Mai 68" - Ed de Crémille - 1970

Ces photos proviennent des archives photographiques du quotidien France-Soir et sont dues au photographe Michel Robinet. La série est en ligne sur le site des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris, qui indique que « Ces collections numérisées présentées sur le portail sont libres de droits » 11-2020

Croisement des rues Lhomond et Rataud

12 mai 1968