Rue Lhomond

            

              Instrumentum laboris

L'éphémère basilique du Christ-Roi

Quelques mots sur la stupéfiante histoire de Marie Danzé et son extraordinaire acharnement.

Le 14 août 1926, arrive au monastère depuis sa Bretagne natale, Marie Danzé, 20 ans, plus tard Soeur Olive, puis Soeur Marie du Christ-Roi.

Quelques jours après, elle eut une révélation et Jésus lui commanda d’élever "un trône sous le symbole d’un temple consacré avec son vocable : Rex sum ego, Princeps pacis, Rex gentium (Christ-roi, Prince de la Paix, Maître des Nations)".

Convaincue de la volonté de Jésus-Christ, la Mère Supérieure Marie-Stanislas Kostka s’adresse à Mgr Dubois, Cardinal-Archevêque de Paris, qui obtient de Rome l’accord pour l’édification du sanctuaire et celui pour commencer l’appel à la générosité catholique.

Soeur Marie du Christ-Roi fut autorisée à se déplacer pour convaincre de la nécessité de financer la construction.

Soeur Olive

Soeur Marie du Christ-Roi

A partir de 1935, les dons affluèrent de tous les pays du monde (33 pays) et la première pierre fut posée par le Cardinal Verdier, successeur du Cardinal Dubois, le 30 novembre de la même année.

L’Irlande fut la nation qui donna le plus pour l’élévation du sanctuaire, sans doute les trois-quarts des dons. Cette particularité reposait sur plusieurs personnes qui furent des militants zélés de la cause :

 

 Mère Gabriel Mary, Mère Générale des Soeurs de Saint-Joseph de Cluny à Dublin, que Soeur Marie du Christ-Roi avait convaincu, après avoir correspondu avec elle,

le Père Léna qui fut le directeur spirituel de Soeur Marie du Christ-Roi, était lié avec l’Irlande où il avait de nombreuses relations,

le Père Mc Quaid, Spiritain, dont la maison mère était voisine, au 30 rue Lhomond, qu’elle rencontra au parloir du couvent (et, d’ailleurs, a qui elle prédit qu’il deviendrait Archevêque de Dublin)

 Eamon de Valera, Président de la République d'Irlande, avec qui elle correspondit avant de le rencontrer après la guerre. L’histoire veut que menacé de cécité, il guérit miraculeusement grâce à l’intercession de Soeur Marie du Christ-Roi.

Sous la direction de l’architecte Jules-Godefroy Astruc (puis de Robert Lebout, Astruc décédant en 1935) la construction se poursuivit jusqu’en 1939.

Elle avait nécessité de puissantes fondations (87 puits furent creusés dans le sol jusqu’à 33 m. de fond), l’édifice de style roman s’étendait sur 40 m., avec une grande coupole en forme de tiare surmontée d’une croix et un campanile de 23 m. de haut près du portail d’entrée de la rue Tournefort.

Le 29 juin 1939, le Cardinal Verdier bénit les 3 cloches :

Marie-Irlande avec pour parrain Eamon de Valera, Président de la République d'Irlande (représenté par le ministre Murphy),

Marie-France avec pour parrain Paul Claudel et

Marie-Stanislas - Marie-Agnès - Marie du Christ-Roi, avec pour parrain le Docteur Moulin, maire du Vème arrondissement.

    Coupole de la basilique : "Tu dicis quia rex sum ego"

Evangile selon Saint-Jean, chapitre 18, verset 37.

- "Dixit itaque ei Pilatus ergo rex es tu respondit Iesus tu dicis quia rex sum ego ego in hoc natus sum et ad hoc veni in mundum ut testimonium perhibeam veritati omnis qui est ex veritate audit meam vocem".

- "Pilate lui dit : Tu es donc roi ? Jésus répondit : Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix".

La première messe sera concélébrée le 27 octobre 1940 puis l’autel sera béni par le Cardinal Suhard, successeur du Cardinal Verdier, en 1941, et le sanctuaire, désigné basilique, sera consacré le 16 juin 1956 par le Cardinal Feltin, successeur du Cardinal Suhard, qui indiqua dans son homélie que "Paris aurait désormais deux sommets de piété au Divin Maître, Montmartre avec son adoration perpétuelle au Coeur du Christ, et la Montagne Sainte-Geneviève avec son adoration perpétuelle au Christ-Roi".

Qu'est-ce exactement qu'une basilique ?  Quelle est la différence d'avec une 'simple' église ?        Cliquez ICI

Le temps de la splendeur ne dura que quelques années, puisque, après le départ de Bénédictines en 1975, les terrains furent vendus à un promoteur immobilier et la Basilique détruite à compter de février 1977.


"Cornette d’or"  : Comment s'organise la vente d’un bien immobilier religieux ?                            Cliquez  ICI