Rue Lhomond

            

              Instrumentum laboris

Nivellement de la rue Lhomond au niveau de la place Lucien Herr

&

Projet (abandonné) d’axe de grande circulation de la gare Montparnasse à la gare d’Austerlitz à travers le quartier Mouffetard

▶ La place Lucien Herr (1), résulte de la rencontre des rues Tournefort (2), Lhomond (3), Vauquelin (4), Pierre Brossolette (5) (prolongée par la rue Jean Calvin (6) vers le Sud-Est et Erasme (7) vers le Nord-Ouest).


Parallèle à la rue Mouffetard (8), la rue Tournefort rejoint au niveau de la place la rue Lhomond. Plus au Sud, la rue Vauquelin ouverte à partir de 1850 s’appuie sur un des éléments du réseau Haussmannien représenté par la rue Claude Bernard qui contourne à l’ouest la montagne Sainte Geneviève. D’Est en Ouest la rue Pierre Brossolette (anciennement Courcelles-Séneuil) percée en 1923 prolongée en 1928 par la rue Jean Calvin, constitue avec l’ouverture en 1937 de la rue Erasme le premier tronçon d’une voie large de 20 m qui devait relier le boulevard Saint Michel à celui de l’Hôpital.


Plan parcellaire municipal de Paris au 1/500 (Fin XIXe siècle) - Ref PP/11944/B

ATTENTION le Nord n'est pas en haut, mais décalé sur la gauche d'une trentaine de degré

De façon à permettre une meilleure commodité de circulation et un bon dégagement des perspectives, les percements ont été nivelés. Pour certaines voies, l’obligation de rectifier le nivellement pour les raccorder au reste du réseau et la contrainte de conserver les cotes de seuil des rives bâties ont entraîné des différences de niveau entre les trottoirs et la chaussée, rattrapées par des escaliers comme ici (mais aussi, par exemple, au niveau des boulevards Saint Martin et du Temple, à proximité de la place de la République (IIIe Arr.).


En 1927, l’aménagement de la place Lucien Herr, en privilégiant la continuité des niveaux des rues Brossolette et Calvin, a mis à jour les murs de fondation des bâtiments en pointe de l’îlot délimité par les rues Tournefort et Lhomond.


Le maintien de ces anciens bâtiments du quartier Mouffetard et de leurs cotes de seuil a nécessité l’implantation d’un trottoir surélevé se retournant à l’extrémité de l’îlot accessible par deux volées accolées au mur de soutènement.

Ce trottoir occupé par la terrasse du restaurant "Chez Léna et Mimile" surplombe la place qui a fait l’objet d’un traitement végétal au début des années 1990 et d'un appel aux "artistes"  Gourrier et Otéro.


Projet d’axe de grande circulation abandonné en 1964 pour préserver le quartier Mouffetard


L’idée d’une transversale entre les gares Montparnasse et d’Austerlitz remonte à 1911. C’est en 1929 que, dans le quartier, le projet d’établir un itinéraire en continu de 700 m. de longueur et de 20 m. de largeur entre la rue Censier et la rue d’Ulm est entrepris. Au fil des réalisations, il est apparu que la continuation du projet qui impliquait, au bas de la rue Calvin, l’éventrement de la rue Mouffetard par un courant de circulation menaçant un site urbain exceptionnel et que l’intérêt de cet axe n’était pas si impérieux qu’il puisse être mis en balance avec une atteinte aussi grave à un site aussi important.

C’est en juillet 1970 que le Préfet de Paris confirma au maire Jean Tibéri "que la réalisation d'un tel projet de voirie porterait à la rue Mouffetard, dont il est particulièrement nécessaire de sauvegarder le pittoresque et les caractéristiques, une grave atteinte", et qu’il y avait été mis fin.

La relation détaillée de cet épisode de la vie de cette partie du Ve est parue dans la revue de l’Atelier Parisien d’Urbanisme « Paris-Projet » n° 5 de janvier 1971 aux pages 78-82 dans un passionnant article non signé, revue que l’on peut télécharger en cliquant sur la vignette ------>


Documentation APUR - Atelier parisien d’architecture https://www.apur.org/fr